Les nanoparticules d’or ont des propriétés optiques remarquables exploitées dans la conception de capteurs chimiques et d’agent de contraste en imagerie biomédicale. A l’institut Langevin, nous essayons de combiner ces deux applications en concevant des nanostructures dont la réponse optique varie en présence d’une information chimique spécifique. Pour cela, nous assemblons un nombre contrôlé de particules d’or à l’aide de brins d’ADN qui se déforment par l’hybridation d’une séquence spécifique.

  • Au cours de cette journée, vous aurez l’occasion de découvrir les méthodes biochimiques permettant de concevoir des assemblages de particules d’or et de greffer ces structures dans des chambres microfluidiques. Les propriétés optiques des nanostructures sont analysées en microscopie confocale par la mesure du spectre de diffusion d’objets uniques.